ACCUEIL

RECHERCHE

DEVENEZ UN CYBER BRICOLEUR

Inscrivez-vous à la newsletter

{ Confort scandinave }

La félicité au bord du fjord - Morten Beiter
Traduit par Camila Waymel

Le bonheur a maintenant une adresse. Ringkøbing, avec ses dix mille âmes, est la ville la plus heureuse d’Europe, dans le plus heureux des pays d’Europe, le Danemark, cette petite ville de province élue "ville de l'année" en 1977. Dans l'enquête annuelle réalisée par l'Union Européenne, le plus fort taux de bonheur déclaré a été mesuré sur les rives du fjord de Ringkøbing, dans l’ouest de la région du Jutland.


Je suis né à Ringkøbing, j’y ai grandi, et je suis revenu m'y installer, après avoir longtemps séjourné en Italie, pays qui compte apparemment parmi les plus malheureux d’Europe. J’habite près du port, en plein vent d’ouest, là où tournoient des mouettes affamées et où des touristes curieux demandent leur chemin. Caché derrière la porte de ma maison, je passe un doigt à travers l’ouverture qui est destinée au courrier, et j’enregistre mes sensations. Il fait un froid glacial, et le vent souffle. Il vient du coin, dans l’allée, où les emballages du fast-food précédemment cité ont le chic pour s’amonceler et tourbillonner, avant de se prendre dans le buisson de lavande. Ce n’est pas un jour pour aller discuter du bonheur avec les gens, sous cet immense ciel glacé.

Tout de même, je peux bien aller jusque chez Susanne sans prendre le risque d’être frigorifié. Elle et son mari Bent tiennent une boulangerie, à deux pas d’ici, la boulangerie de la rue Vester Strand. Ils ont sans doute appris la nouvelle, eux aussi, on en a parlé l’autre jour aux informations du soir sur la chaîne TV2. "Ça a peut-être un rapport avec le fjord. En tout cas, c’est agréable d’habiter au bord de l’eau.

"Je suis maintenant devant la boutique de Bent. Il vend des lunettes, et sa réussite est telle qu’il est le président de l’union des commerçants de Ringkøbing.
"Nous sommes déjà en train de fabriquer des panneaux, pour les placer à l’entrée de la ville", explique Bent. "Bien sûr, ce qui sera écrit c’est : Bienvenue à Ringkøbing, la ville la plus heureuse d’Europe.
"Mais pourquoi, Bent ?"
C’est lié à la sécurité qui règne par ici. On ne pense pas à la violence ou à des choses terrifiantes. Ça ne veut pas dire qu’il n’y en a pas. Mais on n’y pense pas, en général. La vie ici repose sur des valeurs complètement basiques et saines, comme la sincérité, l’honnêteté et le respect des autres personnes. Ça peut être le cas ailleurs aussi, je ne dis pas. Mais le fait de vivre dans une telle sécurité facilite les choses."

Je suis de nouveau dans la rue, et je parviens à joindre par téléphone le chercheur danois Christian Bjørnskov, qui travaille sur le bonheur. Il est économiste et enseigne auprès de la Haute Ecole de commerce de Århus.
Oui alors on dit que Ringkøbing serait la ville la plus heureuse d’Europe.
"Comment ?"
Oui c’est ce qu’ils ont dit hier à la télé."
Oui, mais en règle général ces études n’ont pas suffisamment d’ampleur pour qu’on puisse en dégager des conclusions s’appliquant à l’ensemble de la ville. Ils ont peut-être interrogé 5-10 personnes à Ringkøbing, puis ils ont comparé avec 10-20 personnes prises au hasard à Frederiksberg, ce n’est pas sérieux."

L’encadreur Niels Erik me dit que mon tableau n’est pas prêt. En revanche, il sait pourquoi les gens sont si heureux à Ringkøbing.
"Ce qui rend heureux, c’est de faire le bonheur des autres", dit-il. "Je me souviens qu’une fois un homme qui venait de Copenhague est entré ici et m’a dit : "J’ai dépensé tout mon argent pendant les vacances, il me reste tout juste assez pour payer l’essence jusqu’à la maison, mais j’aimerais vraiment acheter ce tableau. Pourriez-vous me l’envoyer ?", "Non, il risque de s’abîmer", lui ai-je répondu. "Prenez-le, je vous enverrai une facture et vous me payerez en rentrant chez vous." Il n’en croyait pas ses oreilles. Alors je lui ai dit : "Si vous m’escroquez, vous n’en serez pas beaucoup plus riche, et je n’en serai pas beaucoup plus pauvre."

Alors que je continue mon chemin, pour rendre visite à l’agent immobilier Alfred, qui m’a vendu ma maison, je repense au moment où j’ai dû décider de l’endroit où je m’installerais à mon retour au Danemark, après avoir passé douze ans en Italie. C’est seulement lorsque j’ai commencé à explorer l’ouest du pays que tout m’est apparu clairement. Ce n’était pas seulement une question d’argent, il y avait aussi le paysage, la lande pleine d’airelles, les forêts regorgeant de chanterelles, et puis la mer, grâce à laquelle on peut toujours aller faire un tour sur la plage, quelle que soit la saison et quel que soit l’état d’esprit dans lequel on se trouve, avec l’assurance d’avoir les idées beaucoup plus claires en repartant. Ça purifie l’esprit de regarder les mouettes et les cailloux.

J’arrive chez Alfred. C’est un homme qui respire le contentement, car il a rarement vendu autant de maisons qu’en ce moment.
"On avait annoncé une baisse des prix, quand le département a été supprimé. Mais c’est pour ainsi dire l’inverse qui s’est produit. Et le fait que Ringkøbing ait été désignée comme étant la ville la plus heureuse d’Europe ne fera sans doute que renforcer cette tendance", dit-il.

Oui, c’est sûr que ça ne peut pas faire de mal. Après tout, il n’y a pas vraiment de quoi se lamenter, par une journée comme celle-ci. Même le vent souffle du bon côté et nous épargne les odeurs de fumier en provenance des terres, Cochon Chanel n°7. Il suffit de citer les dernières strophes de l’hymne de Ringkøbing :
"Ville qui surpasse toutes les villes, terre natale, c’est fièrement que nous prononçons ton cher nom, notre cœur rempli d’allégresse ouvre la voie : Ringkøbing, tes fils te saluent."

La félicité au bord du fjord | Envoyer cette note | Tags : Isoler , Thermique , Confort